La médecine générale

La médecine une discipline en crise

La médecine est en crise ! J’entends cela depuis des années. En fait déjà du temps de mes études à la faculté de médecine à Lyon, on nous rabâchait cela.  Bien sur, le monde change et la médecine doit évoluer et s’adapter au monde tel qu’il s’établit.

Omnipraticien

Je pense pour ma part que depuis que les hommes tentent de soulager les maux de leurs congénères (en fait depuis la nuit des temps), cette activité n’a cessé de changer au fil des croyances, des fléaux, des évolutions scientifiques… Les hommes qui pratiquent cette science ne sont que des hommes comme les autres. Ils vivent avec leurs qualités mais aussi leur faiblesses, et parfois une grande angoisse devant les changements d’habitude par exemple. Chaque changement majeur de société est alors vécu comme une crise.

La médecine générale

J’ai pour habitude de dire dans mon entourage: « si c’était à refaire, je referai le même métier ». La médecine me passionne et les rapports humains qui sont attachés à cette profession sont particulièrement valorisants. Mais dès lors que l’on intervient sur la santé des gens, il y a souvent un effet « miroir ». En tant qu’individu certaines évènements rapportés et vécus par les patients font « écho » sur notre propre existence. Cette interaction peut parfois nuire à la nécessité de prendre du recul pour soigner correctement nos patients. Il est donc nécessaire d’avoir une attitude humble, et de relativiser en permanence.

Le rôle du médecin généraliste est avant tout un rôle de prévention et de synthèse de l’état de santé des patients.